Les rêves et leur interprétation dans le Talmud par Alexander Kristianpoller

Les rêves et leur interprétation dans le Talmud

Titre de livre: Les rêves et leur interprétation dans le Talmud

Éditeur: Editions Verdier

Auteur: Alexander Kristianpoller


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Alexander Kristianpoller avec Les rêves et leur interprétation dans le Talmud

Cette étude parut à Vienne, en 1923, dans les Monumenta talmudica, ouvrage savant et œcuménique prestigieux. L’auteur y aborde, de manière très didactique, la difficile question du statut des rêves dans le Talmud. Son mérite est d’avoir montré, à travers les textes, combien la société juive, même pharisienne, a été poreuse au monde antique, à ses superstitions, à sa culture. Les maîtres du Talmud n’ont nullement rejeté le savoir gréco-romain?; ils en ont pris acte et l’ont traité (Aristote, Hérodote, Plutarque et Artémidore, l’auteur de l’Onirologie, sont notamment cités dans l’ouvrage). Ils ne se sont guère non plus montrés insensibles aux croyances populaires de la culture environnante. Ils en ont intégré les formes disparates dans leurs discours, qui témoignent aussi de la diversité des jugements propre à la tradition orale du judaïsme. Né en 1884 en Galicie, Alexander Kristianpoller est issu d’une famille de rabbins cultivés. Il suivit à Vienne l’enseignement secondaire du lycée puis entra au séminaire rabbinique. Inscrit par ailleurs à l’université, il obtint un doctorat en philosophie. à l’automne 1942, après que la bibliothèque où il travaillait fut fermée, lui et son épouse sont acheminés vers la région de Minsk. À leur arrivée, ils sont assassinés, avec tous les Juifs du convoi, dans une forêt proche de la ville.

Livres connexes

Cette étude parut à Vienne, en 1923, dans les Monumenta talmudica, ouvrage savant et œcuménique prestigieux. L’auteur y aborde, de manière très didactique, la difficile question du statut des rêves dans le Talmud. Son mérite est d’avoir montré, à travers les textes, combien la société juive, même pharisienne, a été poreuse au monde antique, à ses superstitions, à sa culture. Les maîtres du Talmud n’ont nullement rejeté le savoir gréco-romain?; ils en ont pris acte et l’ont traité (Aristote, Hérodote, Plutarque et Artémidore, l’auteur de l’Onirologie, sont notamment cités dans l’ouvrage). Ils ne se sont guère non plus montrés insensibles aux croyances populaires de la culture environnante. Ils en ont intégré les formes disparates dans leurs discours, qui témoignent aussi de la diversité des jugements propre à la tradition orale du judaïsme. Né en 1884 en Galicie, Alexander Kristianpoller est issu d’une famille de rabbins cultivés. Il suivit à Vienne l’enseignement secondaire du lycée puis entra au séminaire rabbinique. Inscrit par ailleurs à l’université, il obtint un doctorat en philosophie. à l’automne 1942, après que la bibliothèque où il travaillait fut fermée, lui et son épouse sont acheminés vers la région de Minsk. À leur arrivée, ils sont assassinés, avec tous les Juifs du convoi, dans une forêt proche de la ville.Cette étude parut à Vienne, en 1923, dans les Monumenta talmudica, ouvrage savant et œcuménique prestigieux. L’auteur y aborde, de manière très didactique, la difficile question du statut des rêves dans le Talmud. Son mérite est d’avoir montré, à travers les textes, combien la société juive, même pharisienne, a été poreuse au monde antique, à ses superstitions, à sa culture. Les maîtres du Talmud n’ont nullement rejeté le savoir gréco-romain?; ils en ont pris acte et l’ont traité (Aristote, Hérodote, Plutarque et Artémidore, l’auteur de l’Onirologie, sont notamment cités dans l’ouvrage). Ils ne se sont guère non plus montrés insensibles aux croyances populaires de la culture environnante. Ils en ont intégré les formes disparates dans leurs discours, qui témoignent aussi de la diversité des jugements propre à la tradition orale du judaïsme. Né en 1884 en Galicie, Alexander Kristianpoller est issu d’une famille de rabbins cultivés. Il suivit à Vienne l’enseignement secondaire du lycée puis entra au séminaire rabbinique. Inscrit par ailleurs à l’université, il obtint un doctorat en philosophie. à l’automne 1942, après que la bibliothèque où il travaillait fut fermée, lui et son épouse sont acheminés vers la région de Minsk. À leur arrivée, ils sont assassinés, avec tous les Juifs du convoi, dans une forêt proche de la ville.